CLIVAGE

clivage

Du néerlandais klieven, fendre, cliver.

Attesté dans l'Encyclopédie en 1753, dans sa dénotation diamantaire. Au sens figuré la connotation de division, scission, est enregistrée plus tard au XXe siècle.

 

1. (Minéralogie), le clivage est la propriété d'un minéral à se diviser selon des surfaces planes en relation avec sa structure cristalline.

2. (Arts), fendre un diamant ou une pierre suivant ses joints naturels, au lieu de le scier. Cliver un diamant.

3. (Chimie, biochimie), le clivage d'une liaison correspond à la rupture provoquée d'une liaison moléculaire.

4. (Virologie), le site de clivage est le lieu d'une séquence d'acide aminés qui est jugée déterminante pour expliquer la pathogénicité du virus. Les virologues tentent donc de suivre les mutations qui affectent ce site pour sélectionner les souches vaccinales ou mesurer le risque écoépidémiologique présenté.

5. (Chirurgie), plan de clivage, interstice emprunté par le chirurgien pour libérer certains organes ou certaines tumeurs.

6. (Psychanalyse), le clivage du moi désigne la non communication entre plusieurs parties de la personnalité, tandis que le clivage de l'objet désigne la séparation d'une personne en deux imagos distinctes.

7. (Politique), le clivage idéologique fait référence aux divisions idéologiques qui séparent deux forces, deux pensées ou deux mouvements, par exemple la gauche et la droite.

8. (Figuré, néologisme), créer un clivage, diviser.