COLLABORATION

COLLABORATION

 

Il s’agit d’examiner et interroger la relation entre l’enseignant-e, l’élève et l’artiste quand ce dernier est appelé à intervenir dans une classe. Il est question de répertorier les différentes formes que peut prendre cette intervention : l’artiste présente son travail devant la classe (type conférence), l’artiste propose un travail thématique, technique, etc., l’artiste monte un atelier et pratique de façon intensive une technique (sculpture, dessin, peinture, performance, etc. ) ou explore un territoire, un contexte social et politique.

 

Pour ce faire, il vaut la peine de s’attarder sur les méthodes, les didactiques, les principes pédagogiques, sinon philosophiques qui président à ces différents types de collaboration. Autrement dit, comment l’enseignant, l’élève et l’artiste travaillent en classe dans le but de favoriser l’approche, voire la connaissance du monde de l’art, de la création, des oeuvres ?

En ce sens, il est également nécessaire de passer en revue les compétences requises, que ce soit chez l’enseignant-e, l’artiste ou l’élève, pour tirer le meilleur parti de ces interventions. 

 

Il convient pareillement de se pencher sur quelques expériences concrètes du travail commun de l’enseignant-e, de l’artiste et de l’élève. Les données empiriques alimentent ainsi la discussion, voire le questionnement, de l’idée même de collaboration et de ses fondements théoriques. Mais pourquoi faire appel à un artiste ?

Enfin, l’évaluation de ces pratiques doit être placée au coeur du débat (Kerlan, 2015, p.26). En effet, la raison d’être des collaborations entre enseignant-e, artiste et élève, ainsi que leur développement dépendent étroitement de la possibilité de « mesurer » l’adéquation entre leurs objectifs et les résultats.