Association Ville en tête

Katell Mallédan

 

membre du bureau de l’association Ville en tête - Association pour la sensibilisation à l’environnement naturel et construit Case Postale, 1002 Lausanne, info@ville-en-tete.ch

L’association Ville en Tête s’engage dans la sensibilisation à l’environnement naturel et construit, notamment auprès du grand public et des jeunes en particulier.

L’objectif commun à toutes les interventions est d’initier le grand public aux notions de ville, d’architecture ou encore d’urbanisme. Ces champs connexes à l’art supposent un rapprochement entre sensibilité esthétique, apprentissage des aspect sociaux et culturels et des règles de constructions. Les ateliers développés cherchent à donner aux enfants les clés de lecture indispensables à la compréhension de leur cadre de vie pour qu’ils puissent participer à son développement. Néanmoins, le contenu des animations  et  le  positionnement  des médiateurs varient en fonction du contexte de chaque projet et des objectifs fixés.

L’événement organisé par la HEP Vaud est l’occasion pour l’association d’interroger le positionnement pédagogique des médiateurs et leurs relations aux enseignants et professeurs. Nous proposons, dans le cadre de l’axe 4, de présenter notre conception de la médiation dans le cadre scolaire des animations proposées dans les classes des communes vaudoises et de mettre en parallèle un projet plus ponctuel « Malley en tête », que nous développons avec M. Ineichen, enseignant en art visuel dans l’Etablissement primaire et secondaire de Prilly.

Les animations dans les classes représentent la première expérience de sensibilisation de l’association. Leur contenu et les objectifs ont été développés en relation étroite avec les programmes scolaires et diffèrent selon les degrés Harmos. Ce contexte très précis impose des règles de fonctionnement. Ainsi, même si notre approche appelle à la participation constante des  enfants,  les  médiateurs  arrivent  en  classe  en  tant  que  spécialistes  de  la  question  de l’architecture ou de l’urbanisme et transmettent, de manière ludique, un savoir technique.

Le projet « Malley en tête » est développé en vue de l’édition 2017 des Journées des Alternatives Urbaines (JAU) qui se déroulera à Malley les 8-9-10 septembre. Après un premier travail mené en classe autour de la question de l’appropriation d’un espace collectif au  sein  de  leurs établissements, les élèves seront invités à participer à un workshop durant le mois d’août, dont l’objectif sera de qualifier un lieu du quartier. Mené en collaboration avec l’association Reliefs, ce workshop permettra au groupe d’élèves de Prilly de collaborer avec des mineurs non accompagnés du Foyer EVAM de Lausanne-Chablais. Au-delà de l’objet final présenté aux JAU, le projet met en avant l’expérience collective et sociale autour d’une approche artistique  et spatiale.

Ces deux projets révèleront différents degrés de collaboration entre médiateurs et enseignants. Ils nous permettront de montrer comment le cadre institutionnel peut influencer la médiation, les façons dont les enfants peuvent la mettre en pratique et, inversement, ce qu’en retirent les médiateurs.


Bibliographie


BONNARD, Michel, Environnement Construit, Mix et Remix (2006), LEP, Le Mont-Sur-Lausanne. HANNERZ, Ulf (trad.1980) Explorer la ville, Paris, Les Editions de Minuit.
SANSOT, Pierre (1996) Poétique de la ville, Paris, Armand Colin
GARNIER,   Pascale.   « Une   ville   pour   les   enfants :   entre   ségrégation,   réappropriation   et participation », Métropolitiques, 10 Avril 2015.
LEFEBVRE, Henri (1968). Le droit à la ville, Paris, Anthropos.
LEFEBVRE, Henri (réed. 2000). Espace et politique - Le Droit à la ville II, Paris, Anthropos. PACQUOT, Tierry. « Les Enfants dans la Ville », in Diversité  : Ville, école, intégration, n°141, Juin 2005.

                    
 

retour