expérience esthétique

Modalité de base de l’expérience commune du monde se référant à la perception sensorielle et sensuelle. Elle incarne le répertoire de l’attention, de l’émotion et du plaisir. L’expérience esthétique comprend en premier lieu son caractère générique, c’est-à-dire elle se réalise indépendamment de son objet. Seulement en second lieu elle est associée à l’expérience des œuvres d’art dans sa spécificité.

 

L'esthétique définit étymologiquement la science du sensible : du grec αἴσθησις, aísthêsis, faculté de percevoir les sens, sensation. (Par extension), action de percevoir l’intelligence, action de s’apercevoir.

 

L'esthétique en tant que science a été introduite au XVIIIe siècle par la philosophie ayant pour objet les perceptions sensorielles, l'essence et la perception du beau, les émotions et jugements liés aux perceptions. L'esthétique peut être une théorie du beau, qui se veut science normative, aux côtés de la logique (concept du vrai) et de la morale (concept du bien). La notion de l'expérience esthétique est néanmoins relativement récente (XXe siècle) et ne vise plus sur une théorie générale de la perception ou de la conscience mais décrit l'approche subjective par rapport à l'usage des images et ses effets sociologiques (par ex. l'esthétisation de la société).